Adrian Younge and Ali Shaheed Muhammad / Jazz Is Dead 001

9 avril 2020

Le concept de Jazz Is Dead 001 est de jumeler les producteurs contemporains Adrian Younge et Ali Shaheed Muhammad avec une série de musiciens de jazz vénérés, dans le but de créer de nouvelles pistes qui utilisent le même matériel d’enregistrement original que celui utilisé par l’ensemble dans les années 60 et 70.

Cette tâche est tout à fait naturelle pour le duo : le jeune homme, basé à Los Angeles, a la réputation d’enrober sa musique d’une patine rétro granuleuse – sa discographie personnelle comprend Something About April, une bande sonore d’un film de blaxploitation des années 60 qui n’existe pas – et en tant que membre de A Tribe Called Quest, Shaheed Muhammad est devenu célèbre pour la façon dont le groupe a habilement transformé des boucles de jazz profond en pistes de hip-hop de l’âge d’or.


Le projet s’ouvre avec « Hey Lover », qui met en vedette le légendaire Roy Ayers, un homme aux vibrations légendaires, ainsi que des synthétiseurs et des pièges bien placés. Le saxophoniste Gary Bartz, qui a déjà joué dans les groupes d’Art Blakey et de McCoy Tyner, ajoute des mélodies bucoliques aux percussions tremblantes de « Distant Mode », tandis que la troupe brésilienne Azymuth apporte un panache psycho rock déchaîné au fougueux « Apocalíptico ». De plus, le multi-instrumentiste Doug Carn aide à faire de « Down Deep » une sortie de jazz céleste qui s’intègrerait parfaitement dans le coffre-fort du vénéré label Black Jazz. Souvent, les tentatives de canaliser les vibrations rétro dans les enregistrements modernes peuvent sembler plates, mais Jazz Is Dead 001 vibre avec une énergie vive qui respecte simultanément le passé.

Piste actuelle

Title

Artist

Background